NESTIER Pierre

Par PIerre Baudrier

Adhérent de l’AIT à Bordeaux

Ébéniste, 50 ans, corroyeur à Bordeaux en 1856, marié, un enfant, demeurant à Bordeaux en 1873 ; marchand de cuirs ; membre de l’Association Internationale des Travailleurs. Condamné en 1856 comme chef de la Militante à 2 ans de prison, 500 francs d’amende, 5 ans d’interdiction des droits civiques. Voir Wilmart, Boyer Pierre.
Ancien déporté politique de 1848 et de 1851 (lettre du maire de Mérignac au préfet de la Gironde, 3 février 1875), membre de la société « La Marianne », « homme dangereux et à surveiller », d’après une lettre de la préfecture de police de Paris au préfet de la Gironde, février 1873.
En 1875, Nestier demeurait à Mérignac, près Bordeaux ; il y mourut subitement le 1er février de cette année.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67064, notice NESTIER Pierre par PIerre Baudrier, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 22 mars 2020.

Par PIerre Baudrier

SOURCES : Arch. Dép. Gironde, série M, Police générale 1868-1875. — Journal des débats politiques et littéraires, 5 mai 1856, p. 3, 1ère col.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément