ORIGET-DUCLUZEAU Adolphe, Arthur [ORIGET du CLUZEAU]

Né le 5 août 1836 à Tours (Indre-et-Loire) ; métreur-vérificateur ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Fils de Jean-Baptiste-Charles-Adolphe-Alphonse, négociant, et de Joséphine-Caroline Gay, Adolphe Origet-Ducluzeaul se maria en premières noces avec Louise-Victorine Dagneau, demeurant à Paris, 19, passage du Génie (XIIe arr.), qui était blanchisseuse, née à Avon (Seine-et-Marne) le 14 avril 1825, décédée à Fontainebleau (Seine-et-Marne) le 18 janvier 1864 ; à cette date, il était commis aux écritures, demeurant à Paris rue Desjardins Saint-Paul au numéro 27. Il épousa en secondes noces le 8 mars 1866 à Paris (XIIe arr.), Caroline-Ernestine Berteau, ouvrière dans une manufacture impériale ; à cette date il était employé au chemin de fer de ceinture, il demeurait à Paris au boulevard de Reuilly, au numéro 6.

Père d’un enfant, il avait été condamné, le 19 mai 1865, à un mois de prison pour abus de confiance.
Pendant le 1er Siège, il fit partie de la 1re compagnie de marche du 52e bataillon, d’abord comme simple garde, puis comme fourrier et enfin comme adjudant-payeur. Il continua son service après le 18 mars 1871 et, au début de mai, le 4 ou le 5, il entra comme employé à l’Hôtel de Ville ; il rencontra Ramaix, ancien sergent-major du 52e bataillon, mis à la tête du mouvement de la Nièvre, qui lui offrit le poste de Commissaire général central, « c’est-à-dire de préfet », à Nevers avec le nommé Ravier pour secrétaire. Origet-Ducluzeau prétendit ne pas avoir eu connaissance de ce projet (Voir Bernard J.-A.). S’il accepta, il recula du moins sans cesse son départ ; il prétendit être resté chez lui à partir du 21 mai.

Condamné, le 9 juillet 1872, par le 3e conseil de guerre, à la déportation simple, il fut détenu à Quélern après son procès, fut embarqué à bord de la Sibylle (8e convoi) qui partit de Brest le 1er février 1874, puis sur l’Alceste qui la remplaça en cours de voyage à la suite d’une avarie et qui arriva à Nouméa le 9 août, matricule de déportation 2703.

Il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879 et rentra par le Calvados.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67321, notice ORIGET-DUCLUZEAU Adolphe, Arthur [ORIGET du CLUZEAU], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 mars 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/781 et H colonies 94. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Notes de Jean-Claude Bruhat et de L. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément