ORLOWSKA Marie [née SÉGAUD Marie]

Née le 20 juillet 1828 à Cronat-sur-Loire (Saône-et-Loire) ; couturière ; communarde, déportée en Nouvelle-Calédonie.

Elle fréquentait les réunions publiques qui se tenaient au théâtre des Batignolles durant le premier Siège. Elle avait subi auparavant une condamnation à un mois de prison, pour coups et blessures volontaires (sans autre précision). On saisit chez elle une ceinture rouge et un projet de discours à lire dans une réunion publique. On l’appelait dans son quartier « la mère Duchêne ». On lui reprocha d’avoir fréquenté le club de l’église Saint-Michel, XVIIe arr.

Elle fut condamnée, le 16 avril 1872, par le 15e conseil de guerre, à la déportation simple. Partie le 10 août 1873 de la rade de l’île d’Aix sur La Virginie, en même temps que Louise Michel, elle arriva le 8 décembre suivant en Nouvelle-Calédonie.

Sa peine fut commuée le 19 juillet 1878 en sept ans de détention, puis remise le 15 janvier 1879. Voir Wroblewski W.

Elle demeurait à Paris, 15, rue Dulong (XVIIe arr.). Mariée, elle n’avait pas d’enfant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67324, notice ORLOWSKA Marie [née SÉGAUD Marie], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 août 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/760 n° 6427, S 72 (dossier Orlowski) et BB 27. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — K. Wyczanska, Polacy W Komunie..., op. cit. —Arch. Dép. Charente-Maritime, 1 Y art. 253, état nominatif des femmes condamnées, embarquées sur La Virginie, dressé le 9 août 1873 par M. Bardinet, directeur des prisons des deux Charentes. — Notes d’Alain Dalançon et de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément