OUDINET Jean-Baptiste

Né à Floing (Ardennes) le 3 décembre 1829 ; ouvrier mécanicien à Paris ; adhérent de l’AIT ? ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, sans enfant.
Sous-lieutenant, puis lieutenant pendant la guerre contre la Prusse, il fut élu capitaine au 194e bataillon après le 18 mars 1871.
Par contumace, il fut condamné le 26 février 1873 à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation civique. Arrêté par la suite, il fut condamné le 29 novembre 1874, par le 4e conseil de guerre, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 4 janvier 1875.
Il n’avait encouru auparavant aucune condamnation. « On croit qu’il est affilié à l’Internationale — écrit l’auteur du rapport — mais l’instruction n’a pu fournir la preuve de ce fait ». Gracié le 15 janvier 1879, il rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67352, notice OUDINET Jean-Baptiste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 29 mars 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/798, n° 374 (rapport à la commission des grâces, 31 mars 1874). — Arch. Min. Guerre, 4e conseil, n° 1449. — Arch. PPo., listes de contumaces et listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément