PATTIER Auguste, Antoine

Né le 22 août 1831 à Souvigné (Indre-et-Loire) ; demeurant à Paris, rue du Rocher (VIIIe arr.) ; valet de chambre ou « courrier de famille » ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Se disant marié et père d’un enfant. Ancien militaire, il entra au 71e bataillon de la Garde nationale pendant la guerre contre la Prusse ; élu sous-lieutenant après le 18 mars 1871 — vers le 20 avril — il occupa Issy du 10 au 13 mai ; il serait rentré chez lui le 24. On pensait qu’il avait combattu dans les rues de Paris.
Il refusa d’indiquer le domicile de sa femme ; ses patrons fournirent sur lui de bons certificats. Il fut condamné, le 29 novembre 1871, par le 9e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la privation des droits civiques, peine commuée le 7 mai 1872 en déportation simple. Il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Sa peine fut remise le 15 janvier 1879 ; il rentra par le Calvados.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67647, notice PATTIER Auguste, Antoine, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 7 avril 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/738 et 831. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément