PÉLISSIER Alphonse

Par Roger Vignaud

Né le 28 avril 1839 à Tain (Drôme) ; participation à la Commune de Marseille (Bouches-du-Rhône).

Fils de Antoine et de Sophie Fonprède ; ancien militaire du 7e régiment de chasseurs à cheval, puis journaliste à Paris. Célibataire. Après le Siège de la capitale, il se rendit à Marseille chez un membre de sa famille. Il habita ensuite au 13, rue Pinsançon. En mars 1871, dès le début de l’insurrection, il rejoignit le camp des insurgés. Le 28 mars, Bernard Landeck nomma Pélissier général de la Garde nationale. Dans la matinée du 4 avril 1871, il se rendit en compagnie de Crémieux, Place Castellane, où se situait le siège de campement des troupes régulières du Général Espivent de la Villeboinest dans l’espoir de trouver une issue honorable au conflit. Ayant échoué, il fit battre le rappel pour appeler les bataillons dissidents à la lutte. Devant le conseil de guerre, il apparut « jeune encore, de taille moyenne et bien proportionnée, portant la barbe ». Selon l’observateur de la Gazette il bégayait d’une manière très prononcée et s’exprimait par suite très lentement. Lors de son réquisitoire, le procureur précisa, en parlant de Pélissier, qu’il était : « le général de la situation !… Il a bravé le ridicule avec plus de courage qu’il n’en mis à braver le danger. Général de division ? lui le caporal ! Les souvenirs de son passé militaire avaient tenté ses appétits et lui avaient ouvert un horizon étoilé. » Le 28 juin 1871, il fut condamné à la peine de mort. Le 27 novembre, sa peine est commuée : il est déporté à Nouméa où il se trouvait encore fin 1878. . Il arrive en Nouvelle-Calédonie le 2 novembre 1872, sur La Guerrière (deuxième convoi). Il se trouvait à Nouméa fin 1878, rapatrié par La Loire et interné à Belle-Île après sa commutation. Vraisemblablement amnistié en 1879 ou 1880.
Deux lettres qu’Alphonse Pélissier écrivit à son frère Antoine (Belle-Ile, 9 avril et 7-8 mai 1879) se trouvent dans le dossier des Archives Nationales, une chanson « Ma Paillote », extraite des « Poésies et chansons inédites » d’Alphonse Pélissier, était jointe à la lettre du 9 avril.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67767, notice PÉLISSIER Alphonse par Roger Vignaud, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 15 août 2017.

Par Roger Vignaud

SOURCES : Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, côte : 2R.520, jugement n° 63, registre d’ordre n° 11024. — Archives Nationales, BB 24/729 et Arch. Nat., BB 24/729, et H colonies, carton 95, dossier 240. — Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6/2328, fiche 327. — Gazette des Tribunaux, juin-juillet 1871. — Jean Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. — Site « Ma Nouvelle-Calédonie » de Georges Coquilhat.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément