PELLERIN Jules, Marie, Octave, Joseph, Gilles ou PÉLERIN Jules, dit Pellerin de Saint-Robert

Né le 26 octobre 1846 à la Basse-Terre (Guadeloupe) ; homme de lettres ; « chef du contentieux à la Caisse des dépôts et consignations » durant la Commune de Paris ; membre de l’Association Internationale des Travailleurs.

Le dernier domicile connu de Pellerin avant 1871 était, 34, rue de la Folie-Méricourt, à Paris, XIe arr.
Pellerin, qui avait joué un rôle actif dans les réunions publiques et écrit « dans des feuilles radicales », avait encouru deux condamnations politique avant la Commune : le 24 avril 1869, six mois de prison pour excitation à la haine et au mépris du Gouvernement (peine amnistiée le 14 août 1869) ; le 8 août 1870, cinq ans de prison par la Haute-Cour de Blois pour complot contre la sûreté de l’État (peine amnistiée le 5 septembre 1870).
Par contumace, la 7e Chambre du tribunal de la Seine le condamna, le 7 mars 1872, à cinq ans de prison et cinq ans de surveillance pour usurpation de fonctions publiques et le 4e conseil de guerre lui infligea, le 19 mai 1874, vingt ans de travaux forcés, 5 000 f d’amende et vingt ans de surveillance.
Il vécut réfugié à Bruxelles où il arriva le 7 janvier 1873. On le signala comme « un révolutionnaire ardent », membre du « Cercle populaire de l’affranchissement ». Le 23 mars 1873, Pélerin faisait paraître à Bruxelles le premier — et unique — numéro de La Mascarade. Journal littéraire, satirique et quotidien. Cette même année, il publia un pamphlet intitulé Décadence de la Société royale de zoologie et d’horticulture de Bruxelles. L’année suivante, Pélerin se fixa à Schaerbeek, commune périphérique de Bruxelles. Après avoir eu des démêlés, sans caractère politique, semble-t-il, avec les autorités judiciaires, il quitta la Belgique au début de l’année 1876 pour se soustraire aux poursuites dont il était l’objet. Il y revint puisque, en 1880, on le dit habiter, 92, rue Gaucheret, à Bruxelles Nord.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67781, notice PELLERIN Jules, Marie, Octave, Joseph, Gilles ou PÉLERIN Jules, dit Pellerin de Saint-Robert, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 11 avril 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/858, n° 3194. — Arch. Min. Guerre, 4e conseil (n° 1722). — Arch. PPo., listes de contumaces. — Arch. Gén. Roy. Belgique, 4e section, police des étrangers, n° 260495. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable