MOEGEBIER Jean, Baptiste

Né le 17 février 1832 à Bièvres (Ardennes) ; cheminot ; communard.

Demeurant à Paris, 13, rue du Pont-Saint-Ouen (?), marié, sans enfant, serrurier en bâtiment, Jean Moegebier avait fait un congé dans l’armée. Le 10 octobre 1854, il entra au 44e régiment d’infanterie ; le 4 mai 1856, il fut envoyé au 3e régiment des grenadiers de la Garde, et, le 31 décembre 1860, il fut libéré avec un certificat de bonne conduite. Il se maria et vint habiter Paris. Il était laveur de voitures à la compagnie du chemin de fer de l’Ouest ; puis, de décembre 1868 à décembre 1869, il travailla dans les ateliers de serrurerie du sieur Moreau, rue de Lancry (Xe arr.), et obtint un bon certificat.
Pendant le 1er Siège, il appartint à la 8e compagnie sédentaire du 207e bataillon de la Garde nationale et fut élu sergent ; après le 18 mars, il passa dans la 4e compagnie. Il n’aurait pas pris part aux combats de rue. Il était « d’une exaltation extraordinaire » et « mauvais sujet », dit le commissaire de police du quartier des Épinettes (XVIIe arr.).
Il fut condamné, le 23 mars 1872, par le 11e conseil de guerre, à un an et un jour de prison, avec dix ans de privation des droits civiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article6788, notice MOEGEBIER Jean, Baptiste, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 6 mars 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/743.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément