PERRODET Dominique

Né le 15 mai 1843 à Lyon (Rhône) ; demeurant à Paris, rue du Faubourg-Saint-Denis (Xe arr.) ; ébéniste ; communard.

Dominique Perrodet était marié, père d’un enfant. On l’arrêta le 21 juin 1871. Il avait été garde à la 2e compagnie de marche du 153e bataillon et avait combattu à Issy, à Levallois-Perret, à Neuilly et aux alentours des barricades de la rue du Faubourg-Saint-Honoré ; il était rentré chez lui le 24 mai ; les renseignements obtenus sur son compte étaient bons.
Il fut condamné, le 6 janvier 1872, par le 8e conseil de guerre, à cinq ans de prison ; à Landerneau (Finistère) il prit une part très active aux désordres de mai 1875 ; il venait alors d’Embrun (Hautes-Alpes) ; depuis, on n’eut presque rien à lui reprocher ; le directeur le considérait cependant comme « un des plus mauvais détenus » (juillet 1876).

Se confond-il avec le D. Perrodet qui participa dans les années 1890 à la revue Le Droit Humain avec Eugène Châtelain ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67993, notice PERRODET Dominique, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 27 novembre 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/738.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément