PETIT Auguste

Né le 20 septembre 1842 à Paris ; y demeurant ; comptable ; communard.

Il était célibataire. Pendant le 1er Siège, il appartint au 227e, puis au 117e bataillon de la Garde nationale comme adjudant-sous-officier, puis au 69e comme simple garde ; il continua à appartenir à ce bataillon comme simple garde après le 18 mars 1871 ; vers le 12 avril, il fut nommé adjudant-sous-officier et adjudant-major ; il exerçait seulement les fonctions de ce dernier grade, dit-il, et n’aurait fait aucune sortie.
Par arrêté publié au Journal officiel de la Commune de Paris, le 14 mai 1871, Petit fut nommé chef d’état-major de la VIIIe légion tandis que Lacour était major de place, Schmidt, capitaine d’armement et de recrutement, Caminade, capitaine de place, Delaunay, Josson, Magny et Guelton, adjudants de place. Le bureau militaire de la légion était composé de Bauche, Bressler, Denneville et Légalité (cf. Murailles... 1871, op. cit., p. 517). Il avait son siège à la mairie du VIIIe arr., rue d’Anjou-Saint-Honoré. À ce moment, Petit est également désigné comme rédacteur en chef de La Souveraineté du Peuple (un seul numéro paru, 11 mai).
Le 21 mai, Petit voulut regagner son domicile ; arrêté par des fédérés, il s’évada, se cacha dans une maison rue d’Anjou, et fut arrêté quelques jours après.
En octobre 1871, il organisait des cours gratuits en faveur de ses codétenus, au dépôt de la prison des Chantiers à Versailles. Condamné, le 11 mai 1872, par le 4e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la privation des droits civiques, il vit sa peine commuée le 14 septembre 1872 en cinq ans de prison, puis réduite à quatre ans, toujours avec privation des droits civiques, et enfin remise le 6 juin 1874.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68069, notice PETIT Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/752. — J.O. Commune, 14 et 18 mai 1871. — La Comune di Parigi (G. Del Bo) op. cit.. — Notes de L. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément