PHILIPPON Honoré, Charles

Né le 13 avril 1830 ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Soldat assez peu convaincu, il avait purgé, après la guerre du Mexique où il avait servi comme zouave, une peine de dix mois de prison pour « dissipation d’une arme ». Soldat au 35e régiment de ligne en 1871, il déserta le 18 janvier pour éviter le combat de Buzenval, et, 48 heures plus tard, revint à son corps, disant être allé chez lui pour changer de linge. Emprisonné, libéré par la Commune, il devint caporal au 248e bataillon fédéré ; on le vit avec un fusil place Maubert, Ve arr., jusqu’au 3 mai et on trouva chez lui un costume de zouave de la Commune.
On dit, au 2e conseil de guerre : « Il ne paraît pas douteux qu’il ait participé à l’insurrection », et il fut condamné, le 31 octobre 1871, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il arriva à Nouméa le 2 novembre 1872. Amnistié, il fut rapatrié par la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68201, notice PHILIPPON Honoré, Charles, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 avril 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/831. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Gazette des Tribunaux, 2 novembre 1871. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément