PIAT Louis, Fortuné

Né le 1er novembre 1823 à Corbeil (Seine-et-Oise) ; mort le 3 août 1889 à Saint-Pierre-du-Perray (Essonne) ; demeurant à Paris, 14, rue des Lions-Saint-Paul, IVe arr. ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père d’un enfant ; son père était avoué, et lui-même principal clerc d’huissier à l’étude Bellinard ; des témoignages d’honorabilité et d’intelligence furent fournis en sa faveur.

Il fut délégué, le 2 mai 1871, au Comité central de la Garde nationale et y siégea à partir du 5, installant son bureau rue Basfroi (XIe arr.). Il servit également au 94e bataillon fédéré. Chargé d’un contrôle administratif — l’ordonnancement des prestations (J. O. Commune, 19 mai 1871) — il se trouvait rue Haxo le 26 mai, lorsqu’on amena des gendarmes et des ecclésiastiques extraits de la Grande-Roquette sur un ordre signé de Ferré. Piat dit être monté sur un mur pour haranguer la foule qui poussait des cris de mort, et avoir été lui-même renversé ; il dit aussi avoir conduit, pour les protéger, des soldats de ligne débandés à l’église de Belleville, XIXe arr. Il était, le 28 mai, à la barricade de la rue Fontaine-au-Roi (XIe arr.), et se rendit pour sauver ses vingt hommes ; il fut pris un fusil à la main et faillit être exécuté sommairement : on l’avait pris pour Félix Pyat.

Il fut incarcéré à l’Orangerie et condamné, le 21 mars 1872, par le 6e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée. À Nouméa, il fut employé aux écritures ; sa peine fut commuée le 5 juin 1879, en cinq ans de bannissement, puis remise le 27 novembre 1879, et il rentra l’un des premiers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68213, notice PIAT Louis, Fortuné, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/742, n° 2502. — Gazette des Tribunaux, 22 mars 1872. — Le Gaulois, 1879. — Lissagaray, Histoire de la Commune, op. cit. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément