PICHON François

Né le 5 janvier 1839 à Saint-Pierre-de-Fursac (Creuse) ; demeurant à Paris ; maçon ; communard.

Il était célibataire. Pendant le 1er Siège, il appartint à la 1re compagnie de marche du 165e bataillon de la Garde nationale ; il prétendit avoir repris son travail après l’armistice, avoir été arrêté le 10 avril 1871 par des fédérés et contraint de rentrer au 165e bataillon. Il partit le 10 mai pour le fort d’Ivry et y resta jusqu’au 25 ; il serait resté chez un ami, du 25 au 28. Il fut fait prisonnier ce jour-là alors qu’il cherchait à regagner son domicile, affirma-t-il.
Les renseignements recueillis sur son compte n’étaient pas très bons ; il était signalé pour ses opinions exaltées et son ivrognerie. Condamné, le 3 avril 1872, par le 19e conseil de guerre, à cinq ans de détention, il obtint la remise de sa peine le 19 juin 1875.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68276, notice PICHON François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 23 avril 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/759.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément