PICHOT Alphonse [Jean, Alphonse, David]

Né le 1er mai 1846 à Boulogne-sur-Seine (Seine) ; serrurier ; « membre de l’Internationale, ami de Varlin, de Bergeret et du général Duval » ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Garde national au 215e bataillon, Pichot eut un commandement important dans l’armée de la Commune, « quoiqu’il ne veuille pas en convenir », et il aurait commandé le feu — ce qu’il nia — place Vendôme, le jour de la manifestation de la rue de la Paix, 22 mars 1871. Quelques jours plus tard, il fut nommé capitaine d’état-major, puis attaché au service de l’octroi de Paris où il devint « l’alter ego de Volpesnil », ancien employé des contributions indirectes, de son vrai nom Bonnin, directeur général de l’octroi de Paris.

D’après la Commission (le commissaire ?) du quartier Saint-Victor, de mauvais renseignements avaient été recueillis sur son compte. Il avait été condamné, le 16 février 1858, pour vol, à être enfermé jusqu’à dix-huit ans dans une maison de correction. Le 10 mai 1869, il avait été arrêté pour détournement de mineure, mais il bénéficia d’un non-lieu. Enfin, il avait été écroué le 17 novembre 1870 pour coups et blessures volontaires à un garde national pendant le service, puis mis en liberté provisoire le 29 novembre suivant. Toutefois, il est dit qu’il travaillait assez régulièrement du côté de Montrouge.
Le 6e conseil de guerre le condamna par contumace, le 3 février 1872, aux travaux forcés à perpétuité pour « complicité d’assassinat ». Il fut plus tard déporté.
Amnistié en 1880, Pichot rentra par le Navarin.
Il était célibataire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68280, notice PICHOT Alphonse [Jean, Alphonse, David], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/742, n° 2529, BB 27 et H colonies 96. — Arch. PPo., listes de contumaces. — J.O. Commune, 5 mai 1871. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément