PIENS Jacques [PIENS François, dit Jacques]

Né le 10 avril 1825 à Gand (Belgique) ; serrurier en voitures ; domicilié à Paris au 14, rue de Médéah (XIVe arr.) ;communard.

Arrivé en France en 1844, Jacques Piens travailla à Lille, Pontoise et Compiègne. Il était marié. De 1844 à 1870, il avait subi, tant en France qu’en Belgique, deux condamnations pour coups, deux autres pour violences à agents et une pour vagabondage, peines variant de huit jours à vingt jours de prison ; il s’enivrait et maltraitait sa femme.
Garde à la 11e compagnie du 202e bataillon pendant le Siège de Paris, il continua de servir après le 18 mars 1871, il participa à la sortie de Châtillon ; fait prisonnier le 4 avril, il fut détenu au fort de Quélern et condamné, le 5 mars 1872, par le 16e conseil de guerre, à trois ans de prison. Son recours en grâce fut rejeté le 11 décembre 1872. Il fut détenu à Belle-Île (Morbihan) puis à Landerneau (Finistère). Le 13 mai 1874, son ancien patron, qui l’avait employé une dizaine d’années, fournit un certificat en sa faveur. Il fut libéré le 6 mars 1875.
Voir Zingé F.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68315, notice PIENS Jacques [PIENS François, dit Jacques], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 9 mai 2022.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 380 (284). — Arch. Nat., BB 24/755. — Arch. Paris, D2R4 135. — Arch. Min. Aff. étrangères Belgique, 119 II. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Belges ralliés à la Commune de Paris, Bruxelles, Ferraton, 1985. — Notes de P.-H. Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément