PIGNOT Étienne

Né le 2 avril 1843 à Bétête (Creuse) ; demeurant à Paris, 8, avenue Philippe-Auguste (XIe arr.) ; maçon ; communard.

Il était célibataire. Pendant le 1er Siège, il appartint au génie auxiliaire de la Garde nationale ; après l’armistice, il travailla à couper des troncs d’arbres dans les bois de Vincennes ; fin mars 1871, il revint à Paris et ne put retourner à Vincennes ; il reprit du service dans sa compagnie du génie auxiliaire ; dans le courant d’avril, il transportait, comme charretier, des outils à Asnières ; le 18 mai, il alla à Montrouge et rentra à Paris le 22 ; il fut fait prisonnier le 28, avenue Parmentier.
Les renseignements le concernant n’étaient pas très bons (selon la police) — sympathies pour la Commune ? Condamné, le 26 avril 1872, par le 23e conseil de guerre, à cinq ans de détention, il obtint une remise d’un an le 31 juillet 1875.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68406, notice PIGNOT Étienne, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 avril 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/748.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément