PONTILLON

Communard, déporté en Nouvelle-Calédonie, où il mourut.

Employé à la mairie de Paris-Bercy, il avait été renvoyé pour ivrognerie ; toutefois, les renseignements donnés sur son compte étaient bons.
Pendant le 1er Siège, il était simple garde dans la 6e compagnie du 73e bataillon ; il aurait refusé, lors du 18 mars 1871, la place d’adjoint au maire de Bercy, et accepté seulement un emploi au bureau des décès ; on lui reprocha d’avoir été agent dévoué de Fenouillas, dit Philippe ; fin avril, il alla à Issy avec sa compagnie et y resta huit jours ; il quitta la mairie de Bercy le 25 mai, quelques minutes seulement avant l’incendie et emmena sa femme et ses enfants du côté de Vincennes. Il fréquentait assidument le comité de la rue d’Aligre (XIIe arr.) et le club Saint-Éloi (XIIe arr.).
Arrêté le 1er mai 1872 et déporté, il mourut en Nouvelle-Calédonie le 28 décembre 1875.

Y a-t-il identité avec Pierre, Eugène Pontillon ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68741, notice PONTILLON, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 3 mai 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/761.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément