POSTEL Léon, Édouard

Né le 28 juin 1852 à Amiens (Somme) ; demeurant à Paris ; employé de commerce ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait été condamné, le 27 décembre 1869, à quatre mois de prison pour vol ; le 26 avril 1870, à un mois de prison pour outrage public à la pudeur ; toutefois les renseignements donnés sur lui étaient satisfaisants.
Engagé volontaire au 29e régiment d’infanterie, pour la durée de la guerre, il avait été libéré vers le 14 ou 15 mars 1871 ; relevant de maladie, il resta un mois inactif ; le 15 avril, il s’enrôla dans la 1re compagnie de marche du 77e bataillon fédéré ; au début de mai, il alla à Vanves où il resta dix jours. Il rentra à Paris le 18, puis retourna chez lui et y demeura, dit-il, jusqu’au 23, jour de son arrestation.
Il fut condamné, le 12 avril 1872, par le 25e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée : peine commuée le 24 juin 1876 en déportation simple ; selon un rapport de Nouméa du 8 mai 1878, sa conduite laissait « à désirer sous le rapport des mœurs ». Le 26 novembre 1878, la déportation fut commuée en huit ans de détention et Postel rentra par le Var ; remise du reste de sa peine lui fut accordée le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68796, notice POSTEL Léon, Édouard, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/756. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément