POUILLET Jules [POUILLET Gaspard, Jules, Joseph]

Né à Villersexel (Haute-Saône) le 25 février 1830 ; ouvrier galochier (il est dit aussi jardinier) ; colonel (ou lieutenant-colonel ?) de la XIIIe légion fédérée pendant la Commune de Paris ; membre de l’Association Internationale des Travailleurs.

Il figure sur une liste des adhérents de la section du Panthéon de l’Association Internationale des Travailleurs, mais il comptait également parmi les principaux membres de la section du XIIIe arr. de la même organisation (cf. Dict., t. IV, pp. 61 et 68). On recevait chez lui les adhésions à la section Duval, nouveau nom de la section du XIIIe arr. Il appartint aussi à la section Maison-Blanche (cf. Dict., t. IV, p. 57).
Au moment du siège de Paris par les Prussiens, Pouillet s’était établi avec sa femme dans un rez-de-chaussée, 203, boulevard de la Gare, XIIIe arr., comme fabricant de galoches ; il prit alors du service comme simple garde au 120e bataillon et travailla ensuite chez le sieur Paris, rue des Cordelières, XIIIe arr., à la confection de havresacs. Il continua à suivre les réunions de gardes nationaux et, le 18 mars 1871, il prit « une part active au mouvement ». Nommé capitaine d’état-major à la XIIIe légion, il s’occupa plus particulièrement de l’habillement et de l’administration de la légion.
Par contumace, le 10e conseil de guerre le condamna, le 25 janvier 1873, à la peine de mort.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68857, notice POUILLET Jules [POUILLET Gaspard, Jules, Joseph], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/863, n° 5998. — Arch. Min. Guerre, 10e conseil (n° 733). — Arch. PPo., listes de contumaces.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément