PRÉVOST Armand, Claude

Né le 5 mars 1827 à Arcueil (Seine) ; apprêteur d’étoffes ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il avoua quatre ou cinq condamnations pour rébellion ; il avait été condamné également, d’après le commissaire de police de Puteaux, pour attentat à la pudeur.
Garde, pendant le 1er Siège et sous la Commune de Paris, au 37e bataillon de la Garde nationale, il fut blessé le 26 mai 1871 à la jambe gauche, près de la barricade de la rue des Écluses ; il fut soigné à l’hôpital Saint-Louis, Xe arr., après la prise de la barricade.
Condamné, le 26 mars 1872, par le 6e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, il arriva à Nouméa le 8 décembre 1873. Il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879 et rentra par le Navarin.

Marié, père d’un enfant, il vivait séparé de sa femme.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68976, notice PRÉVOST Armand, Claude, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 8 mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/790. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Gazette des Tribunaux, 11 et 12 janvier 1836, p. 248. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément