QUIPOURT François

Né le 12 août 1827 à Épinal (Vosges) ; chapelier ; communard.

Ancien militaire, il quitta l’armée avec le grade de sergent. Pendant le 1er Siège, il était capitaine au 103e bataillon de la Garde nationale, puis démissionna pour entrer comme sergent dans les Volontaires de Montrouge. Après l’armistice, il reprit son travail, mais, le 25 mars 1871, il revint avec le même grade à son ancien bataillon, et, vers le 15 avril, passa lieutenant ; le 2 mai, il alla à Issy, puis fut blessé. On l’arrêta le 22 mai au séminaire Saint-Sulpice.
Les renseignements recueillis sur lui n’étaient pas mauvais. Condamné, le 13 mai 1872, par le 11e conseil de guerre, à un an et un jour de prison et à cinq ans de privation des droits civiques, il obtint la remise du reste de sa peine le 8 octobre 1872, mais la privation des droits civiques fut maintenue.

Il demeurait à Paris. Marié, il était père de cinq enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article69174, notice QUIPOURT François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 mai 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/761.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément