RASSIN Joseph, Alexandre (Scascighini, dit)

Né le 1er octobre 1848 à Minusio, dans le Tessin (Suisse) ; demeurant à Paris ; menuisier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait été condamné le 24 juin 1861 à être détenu dans une maison de correction jusqu’à l’âge de vingt ans, pour vagabondage. Les renseignements le concernant étaient bons : « toutefois, il vivait en concubinage ».
Pendant le 1er Siège, il appartint à la 1re compagnie de marche du 174e bataillon de la Garde nationale ; après l’armistice, il travailla du 15 mars au 15 avril 1871 chez un menuisier, aux Lilas. Le 16 avril, il fut forcé, dit-il, de reprendre le service dans le 174e bataillon ; le 1er mai, il alla à Levallois-Perret où il resta quatorze jours ; le 15, il rentra à Paris, puis, le 17, alla à Neuilly. Le 27 mai, il se réfugia rue Ramponneau (XXe arr.) chez un de ses anciens patrons ; on l’arrêta alors qu’il cherchait à regagner son domicile.
Condamné, le 20 mars 1872, par le 19e conseil de guerre, à la déportation simple, il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Il obtint la remise de sa peine le 4 mars 1878 ; le 15 janvier 1879, l’obligation de résider fut levée et il rentra par la Vire.
Voir
Zwahlen D.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article69295, notice RASSIN Joseph, Alexandre (Scascighini, dit), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/760 et H colonies 98. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Arch. fédérales Berne, carton 193 (cote actuelle). — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément