RAUX Georges, Frédéric

Né le 19 janvier 1819 à Labuissière (Pas-de-Calais) ; cocher ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, sans enfant. Il avait été condamné en 1832 à dix jours de prison pour coups et blessures, en 1841 à trois mois de prison pour s’être fait servir à boire et à manger sans payer, et en 1842 à un an de prison pour vente d’effets militaires.
Ancien soldat aux chasseurs d’Afrique, il devint caporal, pendant le Siège, dans une compagnie sédentaire du 70e bataillon de la Garde nationale et il continua son service sous la Commune de Paris. Il fut nommé, le 1er mai 1871, lieutenant porte-drapeau au 13e bataillon ; du 21 au 26 mai, date de son arrestation, il s’était caché.
Condamné, le 28 mai 1872, par le 6e conseil de guerre, à la déportation simple, il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Il vit sa peine commuée le 7 juillet 1876, en six ans de détention avec maintien de la surveillance ; il rentra en 1877, par le Navarin ; il obtint la remise du reste de sa peine le 20 octobre 1877.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article69321, notice RAUX Georges, Frédéric, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 17 mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/767 et BB 27 (son nom est parfois orthographié Roux). — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément