RENAUD Claude, Marie

Né le 21 janvier 1838 à Thizy (Rhône) ; demeurant à Paris ; célibataire ; chauffeur-mécanicien ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Photographie de Claude Renaud dans L’Invasion, le Siège, la Commune, 1870-1871 par Armand Dayot (Flammarion).

Fils de Louis Renaud, boucher, et Françoise Dutremble, Claude Renaud était capitaine dans les Vengeurs de la République, chargés de la défense du carrefour de l’Observatoire, « clef du quartier du Panthéon ». Après l’entrée des troupes de Versailles, le 23 mai 1871, il occupa avec ses hommes le logement de la veuve Marchadier, 17, carrefour de l’Observatoire, puis se replia sur le Panthéon ; il nia être allé au carrefour de l’Observatoire. On le dit pourtant un des auteurs de l’explosion de la poudrière du Luxembourg.
Condamné, le 26 octobre 1871, par le 8e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Il vit sa peine commuée, le 29 mai 1879, en sept ans de bannissement, puis remise le 27 novembre 1879 ; il rentra par la Creuse.
Il était le frère de Renaud François, Marie, Arnaud.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article69520, notice RENAUD Claude, Marie, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 novembre 2021.
Photographie de Claude Renaud dans L’Invasion, le Siège, la Commune, 1870-1871 par Armand Dayot (Flammarion).

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/744 et H colonies 98. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — État civil, notes de Gaëlle Charcosset. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément