MOURLANNE André, Jacques

Par Louis Botella

Né le 11 février 1921 à Langon (Gironde), mort le 15 décembre 1997 à Langon ; commis ; fondateur du syndicat FO des cheminots de Bordeaux-Bastide et de l’Union départementale de la Gironde en 1948 ; secrétaire de l’Union Sud-Ouest (1949-1961) ; secrétaire de la Fédération FO des cheminots (1969-1976) ; conseiller municipal socialiste puis adjoint au maire de Langon (1965-1995) ; militant de la Ligue des droits de l’Homme ; libre penseur.

Fils de Paul Mourlanne, facteur aux écritures en gare de Langon (Gironde) et militant du syndicat CGT de cette résidence, et de Camille Pinguey, André Mourlanne eut son certificat d’études primaires et passa l’examen des bourses. Le 1er juillet 1939, il entra comme élève de bureau à l’essai au service Exploitation à Langon. Il fut embauché comme mineur facteur en avril 1940.
Le 2 octobre 1944, il posa sa candidature au poste de représentant de la CGT au sein du Comité local de Libération. Il obtint, au premier tour, 10 voix contre 10 pour Jean Camont, qui fut finalement élu au second tour avec 12 voix.
Le mois suivant, il fut désigné au poste de secrétaire général du cartel CGT des services publics de Langon et ce jusqu’en janvier 1947, date à laquelle il ne fut plus que secrétaire général adjoint. Toujours en novembre 1944, il fut élu trésorier général de l’Union locale interprofessionnelle CGT de Langon. En mars 1946, il fut élu secrétaire administratif du syndicat CGT des cheminots de sa résidence.
Le 14 janvier 1948, il fut la cheville ouvrière de la fondation du syndicat FO des cheminots de Bordeaux-Bastide. Le 28 du même mois, il accéda à la fonction de secrétaire de l’Union locale interprofessionnelle FO de Langon. Il prit une part importante à la création, le 15 février, de l’Union départementale de la Gironde et siégea au premier bureau composé de dix-sept délégués de FO, de neuf des autonomes (dont André Bachon) et de sept de la Confédération nationale du travail (CNT). Quelques jours plus tard, il fut désigné, par 5 voix contre 3 à André Bachon, comme secrétaire général du secteur des cheminots de Bordeaux, fonction qu’il conserva jusqu’au 18 janvier 1954.
En juin 1949, lors du congrès extraordinaire de l’Union Sud-Ouest, il fut élu secrétaire de cette union et le resta jusqu’au congrès d’avril 1961 à Bordeaux. Mais il continua à siéger au conseil national jusqu’en 1976.
En décembre 1956, le secrétariat fédéral mit en place des secrétaires régionaux pour animer la propagande et les activités de plusieurs secteurs et le désigna pour couvrir la zone de Bordeaux englobant les secteurs de Bordeaux, Limoges, Saintes et Tarbes. Il conserva cette tâche jusqu’au congrès fédéral de décembre 1969, au cours duquel il fut élu secrétaire fédéral. Jusqu’à son départ à la retraite en 1976, il fut l’envoyé privilégié de la Fédération, fort apprécié par tous pour l’aide constante et la disponibilité de chaque instant qu’il apporta aux structures locales. Le 2 avril 1973, il représenta sa fédération au congrès des cheminots italiens de la SAUFI-UIL. Sa carrière professionnelle pâtit fortement en raison de son militantisme syndical.
Membre des Jeunesses socialistes de Langon dès 1937, il appartint par la suite à la SFIO puis au Parti socialiste, auquel il resta fidèle jusqu’à sa mort.
Il fut membre du conseil municipal de Langon de 1965 à 1995 au sein duquel il exerça les fonctions de maire adjoint. Il défendit également les couleurs de la SFIO lors des élections cantonales de 1958 à Saint-Savin-de-Blaye (Gironde) et aux législatives de novembre 1962.
Il fut membre de la Société d’études jaurésiennes et de l’Association des amis de Guy Mollet*. Militant de la Ligue des droits de l’homme, il fit renaître en 1977 la section de Langon et fut le président de la section girondine de cette association. Libre penseur, il appartint également au Grand Orient de France.
Selon André Sapaly, « André Mourlanne était un homme modeste, généreux, dévoué, totalement fidèle à ses convictions humanitaires, dépourvu de tout sectarisme et profondément altruiste ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article6953, notice MOURLANNE André, Jacques par Louis Botella, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 25 septembre 2013.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Nat. F1c II 320. — Arch. SNCF de Béziers. — Arch. de l’OURS, dossiers Gironde. — Arch. Fédération CGT-FO des cheminots. — Le Rail syndicaliste. — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1952 à 1969. — Renseignements communiqués par André Sapaly (conversations avec André Mourlanne, Sud-Ouest, édition 21B, 16 décembre 1997, Le Républicain du 19 décembre 1997). — Notes de Michel Gil, de Marie-Louise Goergen, de Noël Mazet et de Gilles Morin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément