RETTERER, dit Ketterer Jacques, dit Lesage

Né à Thann (Haut-Rhin) le 9 mai 1842 ; ingénieur civil ; membre de l’Internationale ; communard.

Célibataire, il vivait en concubinage avec une nommée Pontonnier. Il habitait, en 1871, 7, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève Paris, Ve arr.
Y a-t-il identité avec Retterer aîné, délégué des vingt arrondissements, qui fut un des signataires de l’Affiche rouge du 6 janvier 1871, proclamation au peuple de Paris pour dénoncer « la trahison » du gouvernement du 4 septembre et pour mettre en avant trois mots d’ordre : Réquisition générale, rationnement gratuit, attaque en masse. Elle se terminait par ces mots : « Place au peuple ! Place à la Commune ! » Voir Ansel.

Durant la Commune de Paris, il fut membre du Comité central d’artillerie. Le 4e conseil de guerre le condamna par contumace, le 31 décembre 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation civique.
Réfugié à Zürich, « il aurait été nommé, le 15 mai 1872, par la section jurassienne de cette ville [Genève], délégué suppléant au congrès du Locle » ; en réalité, il ne figure pas au nombre des délégués présents à ce congrès (cf. J. Guillaume, l’Internationale, op. cit. t. II, p. 284).
Retterer avait opté pour la nationalité française le 10 juillet 1872. Il fut gracié le 27 novembre 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article69567, notice RETTERER, dit Ketterer Jacques, dit Lesage, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/865, n° 6765 — Arch. Min. Guerre, 4e conseil. — Arch. PPo., listes de contumaces et listes d’exilés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément