RIGAULT Alexandre

Né le 7 juillet 1845 à Fresnes (Seine) ; ouvrier mécanicien ; adhérent de l’AIT ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Son père était journalier ; il était marié, père de deux enfants. « Avant la guerre, il faisait partie de l’Internationale, mais la section dans laquelle il était inscrit s’étant dissoute, il soutient avoir cessé tout rapport avec cette association ».
Un Rigault A. fut membre du Club démocrate socialiste du XIIIe arr. qui adhéra en bloc à l’Internationale le 25 novembre 1870 (cf. Dict., t. IV, p. 50). Il est vraisemblable que Rigault Alexandre et Rigault A. sont une seule et même personne.
En 1871, Rigault Alexandre habitait, 45, boulevard de la Gare, à Paris, XIIIe arr.
Durant le premier Siège, il fut un des administrateurs de la société de métallurgie fondée rue Saint-Maur qui s’occupait de la réparation des armes sous la surveillance du ministère des Travaux publics.
Le 18 mars 1871, il entra dans la 1re compagnie de marche du 134e bataillon à laquelle il avait été d’abord incorporé en septembre 1870. Au début d’avril, il reprit son travail comme simple ouvrier à la société de métallurgie et continua jusqu’au jour de l’entrée dans Paris des troupes de Versailles. Il était assesseur à la réunion du 23 avril qui décida l’envoi de deux membres de la Chambre syndicale à la commission d’organisation du travail constituée par la Commune de Paris — Voir Delahaye V. Le 11 mai, il écrivit à Avrial, directeur du matériel d’artillerie, et lui proposa « de mettre au service de la Commune des projectiles d’une très grande puissance, inventés par lui ». Il ne prit pas part aux derniers combats, mais fut accusé d’avoir assisté, le 6 juillet, trois jours avant son arrestation, à une assemblée secrète de l’Internationale dans les carrières d’Amérique : « Il s’y serait présenté en qualité d’agent du parti de Blanqui ». Rigault nia avoir assisté à une telle réunion.

Le 5e conseil de guerre le condamna, le 7 juin 1872, à la déportation simple. Il n’avait encouru auparavant aucune condamnation. Il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Il fut gracié le 15 janvier 1879 et rapatrié par le Navarin fin septembre de cette même année.
En février 1880, il habitait dans le XXe arr.
Voir son frère Rigault Louis.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article69746, notice RIGAULT Alexandre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/767, n° 7976. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément