RIGAULT Louis

Né le 28 août 1852 à Fresnes (Seine) ; mécanicien ; adhérent de l’AIT ; communard.

Il était célibataire. « Il reconnaît avoir fait partie de l’Internationale avant la guerre, mais il soutient être resté étranger à cette association sous la Commune ».
En 1871, il habitait, 193, boulevard de la Gare, à Paris, XIIIe arr.
Pendant le premier Siège, il fit partie, comme son frère Alexandre, mais comme simple ouvrier, de la société de métallurgie fondée rue Saint-Maur qui s’occupait de la réparation des armes sous la surveillance du ministère des Travaux publics.
Sous la Commune de Paris, sa conduite fut à peu près semblable à celle de son frère « dont il paraissait subir l’influence ». Le 19 mars 1871, il revint avec lui à la 1re compagnie de marche du 134e bataillon de la Garde nationale à laquelle il avait été incorporé en septembre 1870. Au début d’avril, il reprit son travail à la société de métallurgie et y demeura jusqu’à l’entrée dans Paris des troupes de Versailles.
Il nia avoir assisté à une réunion de l’Internationale tenue le 6 juillet dans les carrières d’Amérique.
Le 5e conseil de guerre le condamna, le 7 juin 1872, à cinq ans de détention. Il n’avait encouru auparavant aucune condamnation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article69748, notice RIGAULT Louis, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 mai 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/767, n° 7976.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable