RIMBAUT Léon

Né le 5 août 1852 à Neuilly (Seine) ; elieur ; communard.

Léon Rimbaut était relieur.
Il était célibataire. Il habitait Paris, quartier des Ternes, au 26, rue Rennequin (XVIIe arr.).
Pendant le 1er Siège, il fit partie du 259e bataillon de la Garde nationale qui ne fut armé et habillé que sous la Commune de Paris. Il quitta ce bataillon le 12 avril 1871 et fut employé au bureau du commissaire de police du quartier de la Madeleine (VIIIe arr.). Au moment de l’entrée des troupes, il aurait été forcé par des fédérés de défendre des barricades. Il paraîtrait avoir jeté son fusil le 24 mai et s’être réfugié chez un de ses frères, rue de la Folie-Méricourt. Il y serait resté jusqu’au 28 mai, jour où on l’arrêta, boulevard (?) des Amandiers.
Condamné, le 30 avril 1872, par le 11e conseil de guerre, à deux ans de prison, il obtint la remise du reste de sa peine le 24 juillet 1873.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article69771, notice RIMBAUT Léon, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 juillet 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/773.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément