ROUSSEAU Albert, Victor (ou Gustave)

Né le 15 octobre 1850 à Paris ; fondeur en cuivre ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Condamné, le 9 janvier 1871, à Paris, à quatre mois de prison pour vagabondage, il sortit de prison le 10 mai et entra, le 15, au 169e bataillon qui devint les Francs-Tireurs de la Marseillaise. Le 20 mai, il fit le service des tranchées en avant de Montrouge et de Bicêtre ; il rentra à Paris le 24 et participa à la défense des barricades. Il échappa aux recherches et travailla quelques jours comme charretier, puis se présenta chez ses parents qui refusèrent de le recevoir ; on l’arrêta le 23 août 1871 en état de vagabondage.
Il fut condamné, le 6 janvier 1872, par le 6e conseil de guerre, à la déportation simple. À Nouméa, il fut mal noté (rapport du 20 octobre 1878) ; il avait encouru quarante-quatre jours de prison pour ivresse, manque à l’appel, insulte à des surveillants ; il vit sa peine commuée en dix ans de bannissement le 29 mai 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70207, notice ROUSSEAU Albert, Victor (ou Gustave), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/748 et BB 27. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément