ROUSSEAU Henri, Gustave

Né le 14 décembre 1848 à Mézières (Ardennes) ; ébéniste ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Fils de Nestor Rousseau ; demeurant à Paris ; célibataire. Il avait fait de brillantes études et était licencié ès sciences au moment de la déclaration de la guerre. Sous l’influence de son père, ancien condamné politique, il devint, pendant le Siège, membre du Comité central de la Garde nationale. Il prit part à l’insurrection du 18 mars 1871. Simple garde dans une compagnie de marche il fut élu capitaine quelques jours après au 119e bataillon ; il alla au fort de Bicêtre puis à Issy ; il fut fait prisonnier le 28 mai rue de Puebla (XIXe arr.). On saisit une lettre de lui à un ami dans laquelle « il manifeste l’espoir d’une prompte revanche politique ».
Condamné, le 12 décembre 1871, par le 14e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques, il se conduisit bien ; il habita près de son père, déporté lui aussi, à la presqu’île Ducos. Henri Rousseau inventa un procédé pour traiter le minerai de nickel par l’humidité. Il obtint la remise de sa peine le 11 mars 1879 et rentra par la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70215, notice ROUSSEAU Henri, Gustave, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/732. et BB 27.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément