ROYER Alphonse

Né le 23 mai 1829 à Dernouville (Calvados) ; tailleur de pierre ; « faisant sans doute partie de l’Internationale » ; communard.

Se dit marié, sans enfant ; « mais il paraît qu’il est célibataire ». En 1871, il habitait, rue de la Sablonnière, à Paris, XVe arr.
Un Royer — est-ce Alphonse ? — signa le manifeste contre la guerre adressé aux travailleurs de tous pays, en juillet 1870 (cf. Dict., t. IV, p. 45).
Durant la Commune de Paris, il fut garde au 178e bataillon de la Garde nationale et se battit à Neuilly en avril 1871, resta douze jours à Issy et prit part au combat de Clamart. Il fut arrêté le 28 mai, à l’ambulance du Prince-Eugène où il était entré comme malade, mais « il y a lieu de penser qu’il a combattu derrière les barricades » pendant la dernière semaine. Les renseignements recueillis sur son compte ne furent pas défavorables.
Le 4e conseil de guerre le condamna, le 8 juin 1872, à un an de prison et dix ans de privation des droits civiques. Remise du reste de la peine de prison lui fut accordée le 8 octobre suivant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70356, notice ROYER Alphonse, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/762, n° 7123.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément