RUPPERT François

Né le 4 octobre 1827 ou 1828 à Bliesbruck (Moselle, à cette époque commune de l’arrondissement de Sarreguemines, Moselle) ; forgeron ; communard.

Marié avec Madeleine Schumacker, François Ruppert était père de quatre enfants. D’après un rapport du ministère de l’intérieur du 14 mars 1873, il demeurait à Levallois-Perret où il était forgeron et cloutier et tenait un garni. Garde à la 3e compagnie du 132e bataillon fédéré, et délégué au cercle de son bataillon, il fut condamné par contumace, le 26 mai 1873, par le 3e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il obtint la remise de sa peine en 1879.

Selon le rapport du commissaire spécial de la gare d’Audun-le-Roman (Meurthe-et-Moselle) du 17 décembre 1872, il aurait élu domicile à Thionville (Moselle) : "[...] un nommé Ruppert François, né à Sarreguemines, cloutier, âgé d’environ 40 ans, taille au dessus de la moyenne, cheveux, sourcils, moustache et mouche noirs, yeux noirs, allures dégagées. [...] Cet individu travaille en ce moment de son métier pour plusieurs magasins de Thionville".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70415, notice RUPPERT François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 mai 2021.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 914). — Arch. Dép. de Meurthe-et-Moselle, 4 M 259. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Notes Brieuc Guinard.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément