SABIT Hippolyte

Né le 10 avril 1837 à Albi (Tarn), mort à Sydney (Australie) ; demeurant à Paris, 166, rue Saint-Denis (IIe arr.) ; coiffeur ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, sans enfant. Jeune soldat de la classe 57, il servit, de février 1859 à novembre 1863, dans le 41e régiment d’infanterie. Il fit la campagne d’Italie, obtint une médaille commémorative et un certificat de bonne conduite. À sa libération, il vint habiter Paris ; coiffeur, puis marchand de vins, il fit faillite le 17 septembre 1869, et reprit son métier de coiffeur.
Dès août 1870, et pendant le 1er Siège, il s’engagea dans le corps franc Lafont-Mocquart, comme caporal, puis sergent-instructeur. Licencié après l’armistice, il travailla jusqu’au 8 mai 1871. Enrôlé dans le bataillon des Enfants du Père Duchêne, il devint lieutenant le 10 mai, dans la 3e compagnie ; il commanda la compagnie à défaut du capitaine et se trouva sur des barricades. Le 27 mai, il se livra aux Prussiens, porte du Pré-Saint-Gervais.
Avant l’insurrection, sa conduite « n’était pas mauvaise ». Condamné, le 15 décembre 1871, par le 9e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques, il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Il obtint la remise de sa peine le 11 mars 1879.
Veuf de sa première femme, Virginie, il se maria à Sydney avec Jeanne Schuller, née Guiffray. Il mourut à Sydney en 1899.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70439, notice SABIT Hippolyte, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 septembre 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/757 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière. — Sources familiales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément