SCHWARTZ Georges, Charles

Né le 8 février 1825 à Bâle (Suisse) — les archives suisses le disent Alsacien ; cordonnier ; communard.

Il était marié, père de trois enfants. Pendant le 1er Siège, il appartint à la 4e batterie bis d’artillerie de la Garde nationale qui fut désarmée et licenciée pendant l’armistice ; les hommes continuèrent cependant à toucher leur solde. Celle du 18 au 31 mars 1871 devait leur être payée le 31 par le maréchal des logis Blin. Mais celui-ci, arrivé en retard, fut arrêté par des fédérés et Schwartz fut considéré comme l’un des meneurs. Il fut en outre accusé d’avoir servi sous la Commune de Paris comme maréchal des logis dans une batterie de la Garde nationale. Arrêté le 23 juin, il fut condamné, le 20 mars 1872, par le 12e conseil de guerre, à deux ans de prison, dix ans de privation des droits civiques et dix ans de surveillance.
Voir Zwahlen D.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70830, notice SCHWARTZ Georges, Charles, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/744, n° 3120. — Arch. fédérales, Berne, carton 193 ( (cote actuelle ; selon cette source, il aurait été condamné le 21 mars 1872, par le 11e conseil de guerre, à deux ans de travaux forcés).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément