SÉBIN Étienne, Florentin

Né le 13 mai 1822 à Clichy-la-Garenne (Seine) ; demeurant à Paris, 22, rue Roussel (XVIIe arr.) ; peintre en bâtiment ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Veuf, sans enfant, il vivait en concubinage. Ancien militaire, il n’avait pas fait partie de la Garde nationale pendant le 1er Siège. Il travailla jusqu’au 18 avril 1871, puis entra dans la 8e compagnie sédentaire du 259e bataillon fédéré. On l’arrêta le 28 mai à Belleville près du marché Puebla.
Condamné, le 20 avril 1872, par le 10e conseil de guerre, à la déportation simple, et à la privation des droits civiques, il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Il vit sa peine commuée le 29 novembre 1876 en six ans de détention ; il obtint une remise de trois mois le 5 novembre 1877 ; il rentra par le Tage.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70845, notice SÉBIN Étienne, Florentin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 27 juillet 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/770 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément