SELIS Pierre

Né le 9 juillet 1832 à Saint-Symphorien-sur-Coise, arr. de Lyon (Rhône) ; demeurant à Paris ; machiniste ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Marié, père de deux enfants, il vivait avec une concubine. Il avait été condamné en 1861 à six jours de prison pour rébellion.
Il ne fit pas de service pendant le 1er Siège, mais s’enrôla après le 18 mars 1871 au 167e bataillon de la Garde nationale. Blessé lors de combats de rue, il prétendit que sa blessure provenait d’une chute ; on l’arrêta le 28 mai à la barricade de la rue d’Angoulême (XIe arr.).
Condamné, le 13 avril 1872, par le 4e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques, il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879 et rentra par le Var.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70885, notice SELIS Pierre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 juillet 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/773 et H colonies 100. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément