BELLŒUVRE

Par Didier Senécal

Cheminot à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) ; socialiste SFIO et syndicaliste.

Révoqué après les grèves de cheminots de 1920, Bellœuvre tout en militant au sein du syndicat confédéré du Bois et de la Fédération du Parti socialiste SFIO, fut secrétaire général de l’Union des cheminots révoqués dont le bureau comprenait Bourdiaua et Camain secrétaires adjoints, Tricot et Roger trésorier et trésorier adjoint, Dalaimme archiviste. Il fut membre de la CA de l’UD confédérée à partir de 1925 et écrivit l’année suivante une série d’articles dans Le Réveil en faveur de l’unité syndicale. Profondément marqué par le voyage qu’il fit en URSS du 16 septembre au 8 novembre 1926 avec une délégation française des syndicats des transports, il devint secrétaire de la section de Tours des Amis de l’Unité, ce qui lui valut d’être traité par l’hebdomadaire socialiste de « confédéré communiste récompensé par un voyage en URSS » (Le Réveil du 16 octobre 1926) et exclu de la CA de la Fédération socialiste. Les querelles s’apaisèrent néanmoins et Bellœuvre redevint membre de la CA en 1932. Sur le plan syndical, après sa réintégration, il milita dans le syndicat des cheminots PO et dans le CA de l’UD confédérée. Secrétaire du syndicat PO réunifié fin 1934, il fut, dès le début de 1935, un des plus actifs partisans de l’unité organique, et il devint membre de la CA de l’UD réunifiée au congrès de décembre 1935.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article709, notice BELLŒUVRE par Didier Senécal, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 30 juin 2008.

Par Didier Senécal

SOURCES : Le Socialiste du Centre, 1921-1924. — Le Réveil, 1925-1936. — La Touraine syndicaliste, 1934-1936.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément