SÉMARE Jacques, François, Victorien

Né le 16 août 1833 à Senargent (Haute-Saône) ; ferblantier ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. Ancien soldat aux zouaves de la Garde, libéré avec un certificat de bonne conduite. Il avait subi en 1852 une condamnation à quinze jours de prison pour vol.
Il demeurait, pendant le Siège, 81, chaussée du Maine, près du poste où s’établit, sous la Commune, le chef de légion Henry, du XVe arr. Le 18 mars 1871, Sémare prit la tête de l’escorte qui conduisit au poste de la rue Boulard (XIVe arr.), puis à la caserne de l’ancienne barrière d’Enfer (avenue d’Orléans) le commissaire de police du quartier de Plaisance (XIVe arr.), Thomas de Colligny. Semare était lieutenant au 103e bataillon de la Garde nationale depuis la formation des compagnies de marche ; mais, candidat au grade de capitaine, il ne fut pas élu le 21 mars et redevint simple garde ; il participa à la sortie de Châtillon et fut fait prisonnier dans la nuit du 3 au 4 avril.
Le 19e conseil de guerre le jugea avec Henry et ses compagnons. Sémare était le moins compromis. Il fut condamné, le 18 avril 1872, à treize mois de prison et dix ans de privation des droits civiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70902, notice SÉMARE Jacques, François, Victorien, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 juillet 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/751. — Gazette des Tribunaux, avril 1872.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément