SERMET Claude

Né le 2 octobre 1816 à Léaz, arr. de Gex (Ain) ; courtier en librairie ; adhérent de l’AIT ? ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie, où il mourut.

Il était marié, père de trois enfants. Dans un écrit, Claude Sermet offrait « de mettre tous les moyens dont il dispose au service de la propagande en faveur de l’Internationale ».
En 1871, il demeurait, 11, rue de Gentilly, à Paris, XIIIe arr.
Durant la Commune de Paris, Sermet remplit les fonctions de sergent à la 7e compagnie sédentaire du 104e bataillon fédéré. Président du Comité de Vigilance du XIVe arr., il fut chargé de pourvoir au remplacement des religieuses par des institutrices laïques. Dans ce but, il se présenta les 15, 17 et 18 avril chez les sœurs de la rue de la Tombe-Issoire, XIVe arr., et prit part à leur expulsion.
Le 19e conseil de guerre le condamna, le 30 janvier 1872, à la déportation simple. Il n’avait encouru auparavant aucune condamnation.
Une note de déportation sans date indique : « Très anémié, est constamment à l’hôpital ». Il mourut le 17 décembre 1876 à l’hôpital d’Uro (île des Pins), de la dysenterie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70948, notice SERMET Claude, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 29 juillet 2020.

SOURCES : Arch. Nat. BB 24/790, n° 2572, BB 27 et H colonies 100.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément