SERNIN-CASTEX Bernard (CASTEX, Bernard, Sernin, Jules, dit)

Par François Gaudin

Homme de lettres ; voyageur de commerce ; adhérent de l’AIT à Paris.

Né vers 1821, Bernard, Sernin, Jules Castex, fonda en 1867 le Moniteur de l’horlogerie dont il était le rédacteur, l’administrateur et le propriétaire. En 1869, il était le directeur-gérant de l’Union des horlogers de France et de l’étranger, société en commandite.
Domicilié 68, rue Mazarine à Paris (VIe arr.), il figurait sur une liste des adhérents de la section du Panthéon de l’Association Internationale des Travailleurs (cf. Dict., t. IV, p. 61).
Sous la Commune, il fut délégué au Comité central des vingt arrondissements et employé au ministère de la Guerre. Il ne semble pas avoir fait l’objet de poursuites après la Semaine sanglante.
En 1880, il annonça la fondation d’un nouveau journal, Le Voyageur de commerce, qui paraissait encore en 1883. En 1886, il soumit à l’Assemblée des modifications concernant les lois sur les faillites et sollicita la ville de Paris pour que les propriétaires soient astreints à remettre en état leurs logements tous les dix ans. En 1894, il proposa encore à cette même municipalité la création de maisons municipales de travail.
Sernin-Castex fut l’auteur de plusieurs brochures, notamment le Petit évangile républicain et socialiste dédié au peuple (Paris, Berthelemy et Cie, 1871, in-16, 32 p.), dont il donna plusieurs éditions, la quatrième augmentée d’un Évangile républicain... suivi de Une constitution véritablement républicaine… (l’auteur, 1883) ; et Le tribunal des nations, la fin de toutes les guerres, Paris, Maurice Lachâtre, 1872. Il publia ensuite deux ouvrages : un essai prévu en trois volumes, dont seul le premier semble avoir paru, Dieu, l’homme et la société. Première partie, Dieu…, Paris, A. Sagnier, 1876, où il défendait notamment la thèse selon laquelle le soleil était habité, et un roman d’exil, paru en livraisons, La femme du déporté de 1871, Paris, H. Doll, 1885, 255 p.
Son épouse, Frédérique, Henriette Doll, mourut le 5 juin 1887 à l’âge de soixante-quatre ans (lui-même était âgé de soixante-six an). Ils habitaient alors 85, rue Saint-Martin (IVe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70951, notice SERNIN-CASTEX Bernard (CASTEX, Bernard, Sernin, Jules, dit) par François Gaudin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 11 juillet 2021.

Par François Gaudin

Arch. Paris, V4E 5696. – Charles Aimé Dauban, Le fond de la société sous la Commune, Paris, Plon, 1873 – Chambre des députés, Feuilleton, n° 31, 1866, p. 6. – Moniteur de l’horlogerie, 25 septembre 1869. – Bulletin officiel de la ville de Paris, 3 novembre 1886, p. 2395 et 23 novembre 1894, p. 2717.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément