SICARD Hilarion, Benoit

Né le 29 janvier 1847 à Arles (Bouches-du-Rhône) ; maréchal-ferrant ; communard.

Il était célibataire. Il avait subi une condamnation à 25 f d’amende pour incendie par imprudence ; par ailleurs les renseignements recueillis sur lui n’étaient pas mauvais.
Pendant le 1er Siège, il servit au 63e bataillon de la Garde nationale comme ordonnance du commandant Brunel ; sous la Commune, il demeura ordonnance de Brunel devenu général, puis redevenu chef du 63e bataillon et colonel de la IXe légion. Sicard passa douze jours au fort d’Issy, au début d’avril 1871 ; il y alla une deuxième fois en mai. Il rentra chez lui le 21 et semblerait ne plus avoir pris part à la lutte.
Il fut condamné, le 1er décembre 1871, par le 13e conseil de guerre, à cinq ans de prison et à la privation des droits civiques. Détenu un temps à Clairvaux (Aube), il refusa le travail et, en même temps que lui, environ soixante-dix de ses camarades ; il maintenait son refus en septembre 1872. Il fut puni pour avoir refusé de réciter la prière à son tour et il se répandait en propos menaçants : « Il me tarde, disait-il, d’être libre pour reprendre le fusil et en descendre au moins une douzaine ». Par la suite, il adopta sans doute une attitude plus soumise et sa peine fut réduite le 25 juillet 1874 à quatre ans de prison ; il obtint la remise du reste le 17 juillet 1875.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71012, notice SICARD Hilarion, Benoit, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er août 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/738.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément