SIMILLON François, Lucien

Né le 2 avril 1835 à Moutiers (Savoie) ; demeurant à Paris, 12, cité Boufflers (XVIe arr.) ; voyageur de commerce ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. En 1866, il avait été déclaré en faillite.
Pendant le 1er Siège, il appartint à la 1re compagnie du 194e bataillon de la Garde nationale ; le 14 mars 1871, il prit part à la désignation d’un délégué de sa compagnie au Comité central de la fédération. Sous la Commune de Paris, il était toujours simple garde dans le même bataillon ; il ne fit aucun service à proprement parler ; on découvrit que, sous l’Empire, il avait sollicité un emploi dans le service de sûreté et on l’arrêta le 10 mai. Libéré le 20, lors de l’entrée des troupes, il « alla s’offrir aux soldats pour diriger leurs perquisitions à domicile ».
Le 20 février 1873, le tribunal correctionnel de la Seine le condamna à dix-huit mois de prison et 50 f d’amende pour escroquerie et abus de confiance. Il fut condamné, le 10 mai 1873, par le 4e conseil de guerre, à cinq ans de détention.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71042, notice SIMILLON François, Lucien, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 2 août 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/793.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément