SIRON Gustave, Pierre

Né le 12 janvier 1829 au Mans (Sarthe) ; couleur de lessive ; garde national de la Commune de Paris ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Étant militaire, il avait été condamné en 1852 à deux ans de prison pour « coups volontaires et rébellion envers des agents de la force publique ». Les renseignements donnés sur sa conduite étaient « des plus mauvais » ; on le présentait en particulier comme un ivrogne. En 1870, il habitait, 16 bis, rue de Lauzun (rue Lauzin, XIXe arr. ?).
Durant le Siège, il fut clairon au 144e — ou 114e bataillon et le resta sous la Commune. Il combattit sur les barricades et fut arrêté le 28 mai 1871 près de celle qui avait été édifiée rue de Rébeval (XIXe arr.).
Le 19e conseil de guerre le condamna, le 7 juin 1872, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Amnistié, il fut ramené par le Var.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71127, notice SIRON Gustave, Pierre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 août 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/839, n° 3140. — Arch. Min. Guerre, 19e conseil, dossier 497. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément