SOUDANAS Joseph, Félix, Henri

Né le 14 juillet 1832 à Limoges (Haute-Vienne) ; y demeurant ; cordonnier ; sympathisant de la Commune de Paris.

Comme Périgaud — Voir ce nom — il se trouva en gare de Limoges le 4 avril 1871 et s’empara d’un fusil. Ce même jour, il se trouva également au milieu de la foule lorsque fut tué d’un coup de feu Billet, colonel des cuirassiers.
D’abord condamné à trois ans de prison et 200 f d’amende par le conseil de guerre de la 21e division militaire séant à Limoges, Soudanas fut condamné le 20 juin 1871 à la même peine par le conseil de guerre de la 20e division militaire séant à Clermont-Ferrand, le premier jugement ayant été cassé. Il n’avait encouru auparavant aucune condamnation.
D’après les renseignements recueillis, Soudanas était apparu « comme un braillard plutôt que comme un homme dangereux ». Il prétendit avoir toujours professé des opinions modérées et manifesta des regrets. Le 26 novembre 1873, il bénéficia de la remise du reste de sa peine de prison et de l’amende.
Il était marié, père de deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71214, notice SOUDANAS Joseph, Félix, Henri, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 janvier 2021.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/728.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément