STEEG Jules

Par Pierre-Henri Zaidman

Né à Versailles le 21 février 1836 ; pasteur protestant ; sympathisant de la Commune de Paris.

Fils d’un cordonnier, Steeg fit des études à Bâle, puis à Strasbourg et à Montauban. Il soutint une thèse de baccalauréat de théologie à Strasbourg en 1859. Pasteur protestant exerçant à Libourne (Gironde), il était qualifié comme « homme très intelligent et très actif, mais dévoyé de la chaire vers la politique, (il) se chargea d’implanter et de développer » l’Internationale. Il lui arriva de faciliter l’impression de la Fédération, journal de l’Internationale, dans les ateliers du Progrès des Communes dont il était rédacteur.
Il fut candidat sur une des listes républicaines aux élections du 8 février 1871. Il fut poursuivi avec Adrien Fortin devant la cour d’assises de la Gironde le 11 septembre 1872 pour la publication d’un article sur la Fête-Dieu et accusé d’« outrages à un culte dont l’existence est légalement reconnue en France » ; il fut acquitté. Accusé d’appartenir à l’Internationale par Raoul Duval dans l’Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars, il publia des démentis dans les journaux.

Il démissionna de sa fonction en 1877 et fut élu député de la Gironde en 1881, réélu en 1885. Après avoir participé au cabinet de Jules Ferry pour mettre en place l’école gratuite, laïque et obligatoire, il fut nommé inspecteur général de l’enseignement primaire, chargé de la direction du Musée pédagogique de Paris, puis succéda à Fernand Buisson comme inspecteur des études de l’Ecole normale de Fontenay-aux-Roses.
Il s’était marié en 1863 et avait eu sept enfants. Il mourut à Fontenay-aux-Roses le 3 mai 1896.
Voir Vézinaud.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71295, notice STEEG Jules par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 17 janvier 2020.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871, p. 106. ― Arch. Dép. Gironde, Cour d’assises série U vol. 1871-1872 ― Jean Cavignac, « La répression des mouvements bordelais de solidarité avec la Commune de Paris 1871 », Bulletin de l’Institut Aquitain d’Etudes Sociales, n°5, mars 1871. ― Jean Cavaignac, « La Commune et Bordeaux », Répression et prisons politiques en France et en Europe au XIXe siècle, Créaphis, 1990, p.65-77. ― A. Robert et G. Cougny, Dictionnaire des parlementaires français. — Jacques Girault, La Commune et Bordeaux, Paris, Éditions sociales, 1971 ; réédit. Périgueux, Fanlac 2009. ― Lucien Carrive (éd.), Un pasteur républicain au XIXe siècle. Lettres de Jules Steeg à Maurice Schwalb, 1831-1898, Paris, Sorbonne Nouvelle, 1993. ― Lucien Carrive, « Jules Steeg », Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 5 Les Protestants, Paris, Beauchesne, 1993, p. 468. ― La République française, 11 mars et 14 septembre 1872.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément