TALBOT Édouard

Médecin ; militant de l’AIT à Caen ; sympathisant de la Commune de Paris.

Il était franc-maçon — Voir Thirifocq E. En 1848, il fonda à Caen (Calvados) une société de secours mutuels qui fut interdite en 1852.

Le 20 juin 1865, il fut désigné par le Conseil général de l’AIT comme secrétaire-correspondant de la section de l’Internationale qu’il avait fondée à Caen. Le 30 juillet 1867, il était encore en rapports avec le Conseil général auquel il faisait un versement de cotisations en vue de la préparation du second congrès de l’Internationale qui allait se tenir à Lausanne en septembre.

Aux élections de 1869, il fut candidat dans la circonscription de Caen mais n’obtint que 1 273 voix sur 26 305 votants, dernier des cinq candidats. Il créa cette même année un journal d’opposition, certainement éphémère, La Tribune internationale, imprimée à Bruxelles. L’année suivante, le 30 avril, il était un des signataires de l’adresse « Aux électeurs des Villes et des Campagnes » qui recommandait de voter « non » au plébiscite. Le 23 juin paraissait le 1er numéro du Franc-Parleur dont il était propriétaire et rédacteur en chef. Aux élections du 8 février 1871, il fut à nouveau candidat, mais n’arriva qu’en vingtième position avec 7 147 voix sur 86 564 votants.

Les 21 mars et 23 mai 1871 il fit paraître dans le Franc-Parleur des articles « contenant l’apologie des actes de la Commune et rejetant tout l’odieux de la guerre civile sur le gouvernement de Versailles ». La cour d’assises du Calvados le condamna, le 17 juin 1871, à un an de prison et 1 000 f d’amende.

L’imprimeur du journal, Hommais — Voir ce nom — fut également condamné.

Par la suite, Talbot aurait été rédacteur à L’Avenir du Gers, à Auch.

Voir Hoybel.

Il y eut, semble-t-il, deux Talbot, le père et le fils, l’un médecin, l’autre dentiste, tous les deux engagés dans l’action militante républicaine et socialiste. Il n’est pas aisé de faire la distinction.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71443, notice TALBOT Édouard, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 17 août 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/729, BB 30/414, dossier 1269 P. C 1941 B et C 3449, F 1 c III Calvados 9. — Arch. PPo., B a/439. — Arch. Dép. Calvados, M, rapports de police 1868-1869, 11 M, plébiscite 1870. — Minutes... 1er et 2e volumes op. cit.. — Jérôme Letournel, Socialisme et socialistes dans le Calvados, thèse, 2013, p. 53.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément