TALON Jean, François

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 9 mai 1825 à Bruxelles (Belgique) ; journalier ; demeurant, 5, rue de Montreuil (XIe arr.) ; communard.

Fils d’un ouvrier, marié en Belgique en 1851 et père de cinq enfants, Talon avait servi sept ans dans l’armée belge et il habitait la France depuis quelques années.
Pendant le Siège de Paris, il fut élu capitaine à la 3e compagnie sédentaire du 204e bataillon de la Garde nationale de la Seine et continua de servir après le 18 mars 1871. Le 3 avril 1871, il était de garde à la préfecture de police, il y resta jusqu’au 5 lorsqu’il reçut l’ordre d’aller avec sa compagnie remplacer le 150e bataillon fédéré au collège des Jésuites, rue Lhomond (Ve arr.) ; il y trouva des hommes du 151e (3 et 4e compagnies) et du 208e ivres, il fit fermer l’église et les portes et demanda le départ du 208e ; il entretint alors des relations cordiales avec les Pères Jésuites. Il quitta les lieux à la fin du mois d’avril, le 4 mai il alla à Passy et le 19 mai, il rentra chez lui.
Il fut arrêté au mois de juin et accusé de pillage du collège des Jésuites avec six autres inculpés mais les témoignages contre lui au procès ne furent guère probants, on ne pu lui reprocher que d’avoir assuré le commandement du poste de garde et il fut recommandé au 17e conseil de guerre par le supérieur de l’école de Jésuites, rue de Vaugirard. Il fut condamné, le 13 décembre 1871, à trois ans de prison ; des Jésuites de la rue Lhomond apostillèrent son recours en grâce ; détenu à Belle-Ile puis Landerneau, sa peine fut remise le 29 janvier 1874 et il fut libéré le 13 février suivant.

Voir Zingé F.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71449, notice TALON Jean, François par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 31 mars 2020.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 393 (43/2). — Arch. Paris, D2R4 39 et D2R4 217a. — Arch. Nat., BB 24/774, n°9513. — Arch. Min. Aff. étrang. Belgique, 119 II. — Gazette des Tribunaux, 14 décembre 1871. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Belges ralliés à la Commune de Paris, Bruxelles, Ferraton, 1985.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément