TAMET Jean-Baptiste

Né le 21 novembre 1817 à Saint-Étienne (Loire) ; y demeurant, rue de Champagne ; veloutier ; membre actif de l’Internationale ; participant à la Commune de Saint-Étienne, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il fut à la tête de l’insurrection des 24-27 mars 1871 à Saint-Étienne, pour l’établissement de la Commission qui devait diriger la ville en attendant les élections fixées au 29.

Officier de la Garde nationale (d’après l’Eclaireur de Saint-Étienne et la Gazette des Tribunaux, compte rendu des débats, il était étranger à la Garde nationale, ce qui ne l’empêcha pas d’ailleurs de combattre dans la compagnie du capitaine Marconnet), il accepta les fonctions d’adjudant de place et il était présent à l’Hôtel de Ville lors du meurtre du préfet. Acclamé membre du Comité insurrectionnel, il fit aussitôt occuper la gare et le télégraphe de Châteaucreux avec Jolivalt et resta à son poste jusqu’à la fin.

Il ne nia pas être adhérent de l’Internationale et fut condamné, le 5 décembre 1871, par la cour d’assises de Riom, à la déportation dans une enceinte fortifiée — Voir Thibaudier Benoît.
Il arriva à Nouméa le 2 novembre 1872, matricule de déportation 125. Il bénéficia d’une commutation en dix ans de bannissement le 8 mai 1879, puis de la remise du reste le 27 novembre suivant. Il n’avait encouru auparavant aucune condamnation.

Par la suite, en 1884, il participa à l’organisation des manifestations de chômeurs avec les anarchistes et il fut alors condamné à un jour de prison par le tribunal civil de Saint-Étienne.

Tamet fut un des rares adhérents de l’Internationale demeurés fidèles, après la Commune, aux principes de l’association.

Il était marié ; père de quatre enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71451, notice TAMET Jean-Baptiste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 17 août 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/832 n° 1278 et H 7 colonies, carton 101. — Arch. Dép. Loire, 93 M 53. — Compte-rendu des débats dans l’Éclaireur de Saint-Étienne, 16 novembre-7 décembre 1871. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément