TESSEREAU Jean, Auguste, Alexis, dit Tessereau aîné

Né le 28 août 1848 à La Haye-Descartes (Indre-et-Loire) ; demeurant à Paris, 23, rue Thiers (XIIIe arr.) ; coiffeur ; adhérent de l’AIT ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Membre du Club démocrate socialiste du XIIIe arr. de Paris qui adhéra en bloc à l’Internationale le 25 novembre 1870 (cf. Dict., t. IV, p. 50).
Exempté du service militaire pour cause de santé, il servit comme simple garde, pendant le 1er Siège, à la 1re compagnie de marche du 101e bataillon. En tant que délégué des vingt arrondissements, il fut un des signataires de l’Affiche rouge du 6 janvier 1871, proclamation au peuple de Paris pour dénoncer « la trahison » du gouvernement du 4 septembre et pour mettre en avant trois mots d’ordre : Réquisition générale, rationnement gratuit, attaque en masse. Elle se terminait par ces mots : « Place au peuple ! Place à la Commune ! » Voir Ansel.

Après le 18 mars 1871, Tessereau continua son service ; son bataillon occupa le fort de Bicêtre, Gentilly, la Grange Ory, Cachan, Arcueil, le quartier des Gobelins. Le 25 mai, son père, chez qui il travaillait, fut tué d’un éclat d’obus ; le 26, il suivait encore sa compagnie à travers les barricades du boulevard Voltaire (XIe arr.) et parvenait à se réfugier chez un ancien patron, le sieur Placide, 32, rue Basfroi, XIe arr., où il resta caché jusqu’au 1er juin ; il rentra alors au domicile de son frère ; on l’arrêta le 15 juin.
Il était « communard dans l’âme », dit le commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche (XIIIe arr.). Il fut condamné, le 2 mars 1872, par le 8e conseil de guerre, à la déportation simple ; bien noté à Nouméa (rapport du 20 octobre 1878), il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879 et rentra par le Calvados.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71560, notice TESSEREAU Jean, Auguste, Alexis, dit Tessereau aîné, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er septembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/745. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément